slogan_afr2012_fr

UNE ETAPE D’ANTHOLOGIE

Une chose est sûre, cette 10ème étape du Sonangol Africa Eco Race, entre Boulanouar et Akjoujt, restera dans les mémoires des concurrents de cette quatrième édition. Une fois encore Jean Louis Schlesser en auto et Oscar Polli en Moto furent les plus forts alors qu’en camion, Tomas Tomecek s’est imposé en terminant 2ème au scratch. Mais pour de nombreux concurrents, cette spéciale longue de 425 km s’est transformée en une interminable séance de pelletage.

Lorsqu’il a franchi la ligne d’arrivée située à une dizaine de kilomètres du bivouac d’Akjoujt, village situé à 300 km à l’Est de Nouakchott, Jean Louis Schlesser était marqué. Une fatigue légitime après plus de 6 heures d’efforts à se battre avec son Buggy Sonangol Schlesser pour se sortir du piège d’une portion de dunes blanches particulièrement molles et annoncée par René Metge comme une partie horrible. Le Directeur sportif du Sonangol Africa Eco Race ne s’était pas trompé car il a fallu attendre près de deux heures pour voir arriver le deuxième concurrent en auto. En l’occurrence, Erwin Imschoot et Werner Zoetaert, un équipage belge, auteur d’un véritable exploit sur un Toyoya remis en état après un tonneau il y a deux jours. Le deuxième équipage à avoir réalisé une véritable performance aujourd’hui est  Tunisien. Salim Kamoun associé à Sofiane Driss, sont troisièmes sur leur Toyota Grj 79. Un véhicule solide puisqu’il s’agit d’un Pick Up 4x4 utilisé par les armées des pays du Maghreb pour évoluer dans le désert. Des quatre roues motrices efficaces dans de telles conditions puisque le Bowler d’Eric Radet et Thierry Coste se classe 5ème au scratch devant le Buggy russe de Sergey Savenko et Denis Maltsev. Enfin, parmi les animateurs du jour, on notera également la belle performance de Jean Noël Julien et Frédéric Vivier sur la Megane MD Rallye.

Quant à Jacky Loomans qui attendait les sables mauritaniens avec beaucoup d’impatience, le pilote belge était très bien classé après le CP 2 mais il a déjanté à plusieurs reprises après avoir dégonflé les roues de son Pick Up Overdrive pour passer les dunes. Finalement, même s’il ne se classe que 8ème de la spéciale à 1h51 de Jean Louis Schlesser, Jacky Loomans réalise une belle opération en s’emparant de la 2ème place du classement général puisque Régis Delahaye et Konstantin Zhiltsov n’étaient pas encore sortis de la spéciale à 19h00, heure mauritanienne.
Au classement du Sonangol Africa Eco Race, les autos et camions sont classés ensemble. A juste titre puisque aujourd’hui encore, les mastodontes du désert ont fait jeu égal et même dominé les autos. En effet Tomas Tomecek et Vojtech Moraveck ont terminé deuxième de cette spéciale, à 1h27 de Jean Louis Schlesser. Le Tatra tchèque a une nouvelle fois creusé l’écart avec le Man d’Elisabete Jacinto, José Marques et Marco Cochinho. Les Portugais ne sont arrivés que 9ème à 2h40 du vainqueur, après avoir bien galéré.

Sur deux roues, Oscar Polli a une nouvelle fois été le héros de la catégorie moto sur le Sonangol Africa Eco Race. En effet, au guidon de sa KTM 690, le motard italien s’est imposé dans cette spéciale d’anthologie en réalisant un sans faute au niveau navigation et pilotage. A l’arrivée, il était évidemment ravi d’avoir creusé l’écart avec Norbert Dubois, son adversaire direct au général. Norbert Dubois était également heureux d’avoir retrouvé la forme puisque le Parisien a terminé 2ème à 32’01’’ de Polli, devançant de près d’une heure Xavier Moreau dont la « petite » KTM 450 a souffert dans le sable. Superbe performance également pour Hervé Thierry qui participe à son premier grand rallye africain. Au guidon de sa YAMAHA WRF 450, le Normand a terminé 4ème de la spéciale à 1h43 du vainqueur. Au général, Oscar Polli possède désormais un peu plus d’une heure d’avance sur Norbert Dubois qui, pourtant, y croit toujours.

Demain, le Sonangol Africa Eco Race reste à Akjoujt puisque les concurrents effectueront une boucle de 413 km, là encore 100% sable. Encore un gros morceau d’après René Metge qui considère que « les héros et les légendes se forgent avec les difficultés ».


ILS ONT DIT...

Oscar Polli – KTM 690 – Leader du classement moto

Cette première spéciale en Mauritanie était une vrai étape de Rallye Raid avec de la navigation, des parties roulantes et des dunettes blanches très molles. Il y avait aussi une partie d’herbes à chameau très longue et difficile. J’ai roulé au début avec Norbert Dubois puis je suis parti seul et, hormis Jean Louis Schlesser qui m’a rattrapé, je n’ai vu personne de la journée. Je suis heureux d’être sorti de cette spéciale extrêmement difficile et de l’avoir gagné. J’espère que demain, la boucle autour de Akjoujt sera plus facile.

Norbert Dubois – KTM 690 – 2ème du classement moto

Cette spéciale était certes difficile mais j’en sors relativement frais. C’est dans ces moments qu’on apprécie d’avoir une bonne condition physique et surtout de l’expérience. J’ai retrouvé la forme et j’ai montré aux jeunes que les vieux sont encore là. Vivement demain pour la suite.

Xavier Moreau – KTM 450

Je n’ai jamais fait un truc aussi difficile en moto. Je suis claqué. J’ai relevé la moto des dizaines de fois et ma 450 moulinait dans le sable mou. Je découvre ce qu’est un vrai rallye, bien costaud et j’avoue que lorsqu’on sort d’une spéciale comme celle d’aujourd’hui, on a vraiment l’impression d’avoir fait un truc. En revanche, je suis un peu inquiet pour la suite car il y a encore beaucoup de sable au programme et la route pour Dakar est encore longue.

Erwin Imschoot – Toyota – 2ème auto de la spéciale du jour

Même si nous avons réalisé une belle performance, nous en avons vraiment bavé aujourd’hui. La partie la plus dure était un enfer physiquement car il fallait passer assez fort pour ne pas se planter. Après notre tonneau d’il y a deux jours, je suis vraiment satisfait d’avoir bien redressé la barre. Notre Toyota a encore souffert aujourd’hui et j’espère qu’il ira tout de même au bout.

Jean Louis Schlesser – Buggy Schlesser Sonangol – Leader du classement auto

Dans ma carrière, qui commence à être assez longue, j’ai rarement fait une spéciale aussi difficile. Je suis fier de mon copilote qui progresse chaque jour et qui devient très bon. Il est surtout hyper efficace au niveau du pelletage car il a compris très vite ce qu’il faut faire lorsqu’on se plante. Quand je vois comment j’en ai bavé aujourd’hui, je pense à tous les amateurs qui sont en galère dans les dunes et qui vont mettre beaucoup de temps à en sortir. Mais ça fait partie du jeu et ils en garderont un grand souvenir.

Gilles Florin – Buggy Cotel – 8ème du classement général auto

Ce fut effectivement une grosse journée mais nous nous en sommes bien sortis. On ne s’est planté que six fois. Ce n’est pas trop mal avec un Buggy deux roues motrices. Nous n’avons rien perdu aujourd’hui puisque nous étions déjà 8ème au classement général. En toute modestie, nous sommes à notre place et nous allons tout faire pour la conserver jusqu’au Lac Rose.

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow