slogan_afr2012_fr

SCHLESSER ET POLLI ENFONCENT LE CLOU

La plus longue étape du Sonangol Africa Eco Race entre As Sakn et Dakhla, dans le sud du Maroc, n’a pas connu de rebondissements comme il aurait pu s’en produire, avec ce qu’avait annoncé René Metge. Jean Louis Schlesser s’est de nouveau imposé en auto, tout comme Oscar Polli en moto et Elisabete Jacinto en camion.

A la veille de la journée de repos à Dakhla, la 5ème et dernière spéciale marocaine du Sonangol Africa Eco Race aurait pu apporter son lot de surprises. En effet, même si le parcours ne présentait pas de difficulté particulière au niveau du terrain, la navigation était très compliquée avec de nombreuses notes et changements de direction. Pourtant, il n’en fut rien car le Directeur Sportif avait largement insisté sur certains points lors de son briefing quotidien. Les concurrents ont tenu compte des précieux conseils de René Metge et, en dehors de quelques « cabrioles », tout s’est bien déroulé sur cette spéciale de 348 km et, quasiment tous les concurrents ont pris la liaison vers Dakhla où le bivouac est planté sur une falaise en bordure de l’Océan Atlantique.

Dans la catégorie moto, Oscar Polli, le leader du classement général, a signé une nouvelle victoire de spéciale, mais l’Italien est passé très près de la catastrophe. En effet, en sortant des dunettes au kilomètre 93, André Lenoble et Oscar Polli se sont percutés. L’un regardait son GPS pour trouver le bon cap, l’autre était justement en train de changer de cap et les deux hommes ne se sont pas vus. Ils ont tous deux chuté mais heureusement, les deux pilotes se sont relevés sans trop de bobos, si ce n’est une contusion sur la hanche pour Polli et l’instrumentation cassée sur la moto de Lenoble. Oscar Polli a pu reprendre la piste aussitôt, accompagné de Xavier Moreau, et c’est ensemble qu’ils ont passé la ligne d’arrivée, l’Italien signant le scratch devant le Parisien. Derrière, bien que privé de GPS et en ayant navigué uniquement au road book, Joseph Palacios a obtenu une belle 3ème place, à un peu plus de 3 minutes de Moreau. Les soucis continuent en revanche pour Norbert Dubois, le 2ème du classement général. En effet, victime d’une gastroentérite, le Parisien a dû s’arrêter à de nombreuses reprises et a perdu, dans l’affaire, plus de 33 minutes sur Oscar Polli. Du coup, Norbert Dubois a guidé André Lenoble, privé d’instruments de navigation sur les deux tiers de la spéciale et, même s’il était dépité à l’arrivée, le parisien était satisfait d’avoir réussi à terminer la spéciale. Il attend à présent la Mauritanie pour tenter de revenir sur son rival italien.

En auto, Jean Louis Schlesser et Cyril Esquirol se sont à nouveau imposés aujourd’hui. Le Buggy Sonangol Schlesser a passé la ligne 1’27’’ devant le Buggy MD Rallye de Régis Delahaye et Konstantin Zhitlov, après, d’après les deux pilotes, une jolie bagarre sur la piste. Séparés à présent de 11’04’’ au général à l’avantage de Schlesser, les deux Buggies semblent avoir la main mise sur cette quatrième édition du Sonangol Africa Eco Race. En effet, victimes d’un choc contre un rocher en descendant une dunette, puis d’une crevaison, Jacky Loomans et Frits Driesmans n’ont terminé la spéciale qu’en 9ème position et sont à présent à plus d’une heure du leader au général. L’exploit du jour est à mettre l’actif de Philippe Porcheron et Cédric Rivet, 4ème de la spéciale sur leur Buggy MD et ce, en ayant perdu une dizaine de minutes à sortir la famille Fromont d’un mauvais pas. Hubert Auriol et Jean Paul Forthomme signent le 5ème temps du jour sur un Buggy W01. Une journée à marquer d’une pierre blanche pour Hubert et Jean Paul puisque, depuis plusieurs années qu’ils roulent ensemble, c’est la première fois qu’ils sortent d’une spéciale sans avoir connu le moindre problème. Du coup, Hubert « L’Africain » pointe à présent en 16ème position au général.

Les coups de klaxon du Man et le sourire d’Elisabete Jacinto en disaient long lorsqu’elle est descendue de son camion à l’arrivée. La pilote portugaise était radieuse car elle venait encore de frapper un grand coup en reléguant le Tatra de Tomas Tomecek et Vojtech Moraveck à près de 13 minutes. Une performance qu’Elisabete a versée au crédit de son navigateur José Marques, auteur d’un sans faute qui lui permet de revenir à moins de 25 minutes des Tchèques. Le troisième camion à passer la ligne d’arrivée à Assi Tigri est le Man des Belges Noël Essers, Marc Lauwers et Peter Belmans. Une 3ème place qu’ils occupent aussi dans la catégorie camion.

Demain, après une matinée de repos à Dakhla, la caravane du Sonangol Africa Eco Race prendra le chemin de la Mauritanie et plus particulièrement de Boulanouar d’où sera donné le départ de la 8ème étape vers Akjoujt, 100% sable.

Ils ont dit...

Oscar Polli – KTM – Leader du classement moto
" En 15 ans de Rallye Raid, je n’avais jamais vu deux pilotes motos se rentrer dedans. C’est pourtant ce qui nous est arrivé avec André Lenoble. Nous étions sur deux pistes différentes. Au moment où j’ai choisi mon cap, je me suis retrouvé dans sa trajectoire et comme il était en train de regarder son road book, il ne m’a pas vu et nous nous sommes percutés. Heureusement, il n’y a rien eu de grave. C’est dommage car le désert est suffisamment grand pour ne pas se percuter. "

Xavier Moreau – KTM 450 – 3ème du classement moto
" Mes amis motards du Rallye m’ont donné le surnom de « Prince du désert » ! Ils me chambrent mais en attendant, aujourd’hui, je n’ai commis aucune erreur de navigation. J’ai rattrapé Oscar Polli un peu avant sa chute et nous avons effectué la totalité de la spéciale ensemble. La navigation était terrible après le CP1. Mais je m’en suis sorti et je commence à bien comprendre les road books de René Metge. Je me suis éclaté en pilotage. Une bonne journée et demain, repos ! "

André Lenoble – Yamaha WRF 450 – 6ème du classement moto
" Nous nous sommes percutés avec Oscar Polli. Un incident stupide dû à un moment d’inattention et d’incompréhension. Je venais juste de choisir mon cap et je vérifiais celui-ci sur mon GPS lorsque j’ai vu surgir Oscar Polli. Tout s’est passé très vite et je n’ai pas eu le temps de réagir. Il n’y a pas eu de dommage physique mais mon matériel de navigation a souffert. Notamment mon dérouleur de road book qui est complètement détruit. J’ai eu de la chance de trouver un bon Samaritain en la personne de Norbert Dubois pour me guider sur le reste de la spéciale. Il n’était pas très en forme et heureusement car, mon pot d’échappement ayant été écrasé dans la chute, je ne pouvais rouler à plus de 110 km/h. La journée de repos arrive à point nommé pour réparer les dégâts. "

Christophe Conreau – Honda 450 CRF – 8ème du classement moto
" Ca va bien ! Je suis très content d’être sorti de cette spéciale car j’ai chuté hier et j’ai un gros hématome sur la hanche. Je n’ai pas trop souffert au début de la spéciale mais les médicaments ne faisant plus effet, les 50 derniers kilomètres ont été difficiles. J’aime beaucoup ce Rallye car comme nous ne sommes pas très nombreux en moto, nous roulons souvent seul. C’est flippant car on a l’impression d’être seul au milieu de rien, mais c’est surtout très intéressant car on se prend au jeu, tout en, gardant un rythme prudent. "

Salim Kamoun – Toyota Grj 79 – 11ème du classement général
" Comme depuis le début du Rallye, nous avons adopté aujourd’hui un rythme prudent. Le but était de sortir du Maroc sans avoir rien cassé sur la voiture et c’est le cas. Ce n’était pas évident car ce Toyota possède deux ponts rigides et c’est fragile sur les pistes souvent piégeuse du Maroc. A présent, avec la Mauritanie et le sable, nous allons commencer un autre Rallye. Mon véhicule est taillé pour franchir les dunes et je compte bien sur ce paramètre pour progresser encore dans le classement. Je veux souligner le fait que le parcours est magnifique, aussi bien en pilotage qu’en paysage. "

Philippe Porcheron – Buggy MD – 9ème du classement auto
" Nous avons réalisé une très belle performance aujourd’hui. Mais le mérite revient surtout à mon copilote Cédric Rivet. Il a fait un travail exceptionnel et on ne met pas assez en avant les copilotes. Sur ce genre de spéciale, il leur faut avoir le cœur bien accroché et le cerveau bien connecté car les pistes étaient très peu visible. Nous avons mis l’accent sur les points pour lesquels René avait insisté lors de son briefing et tout s’est bien passé. Nous avons joué les Saint Bernard pour les Fromont père et fils qui avaient fait un tonneau. Nous les avons remis sur les roues et avons ainsi perdu une dizaine de minutes. C’est aussi ça l’esprit des Rallyes Tout Terrain. "

Sandra Bocande – Nissan Patrol – 27ème du classement auto
" Aujourd’hui fut une belle journée pour nous. Je n’ai fait aucune erreur de navigation et mon pilote, Pierrick Legendre, a roulé très fort. A la clé, une 20ème place de la spéciale. Nous nous sommes tous les deux régalés avec la « bête », le surnom que je donne à notre Patrol. La journée de repos arrive au bon moment et elle va nous permettre de nous ressourcer car cela fait trois jours que nous n’avons pas d’assistance. Pierrick fait la mécanique la nuit et roule le jour. Nous appréhendons la Mauritanie car nous n’avons aucune expérience dans les dunes et nous souhaitons plus que tout rallier Dakar et le Lac Rose. "

 

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow