slogan_afr2012_fr

LENOBLE, SCHLESSER ET JACINTO COMMENCENT BIEN L’ANNÉE

Bien que la direction de course ait différé le départ d’une heure pour cette 5ème étape du Sonangol Africa Eco Race, la nuit de la Saint Sylvestre a été plutôt calme du côté du bivouac d’Assa. De fait, les concurrents étaient en forme en partant ce matin, à l’image d’André Lenoble en moto, de Jean Louis Schlesser en auto et d’Elisabete Jacinto en camion, qui ont particulièrement bien entamé cette nouvelle année en remportant cette 4ème  spéciale.

Norbert Dubois ne décolérait pas en franchissant la ligne d’arrivée de la spéciale de 290 km tracée entre Assa et Oued Aarraid. Le « Grand », comme l’appelle affectueusement les motards, s’en voulait d’une erreur de navigation qui lui a fait perdre plus de 40 minutes. Heureusement, une erreur sans conséquence au classement général provisoire puisque Oscar Polli, son grand rival sur ce Sonangol Africa Eco Race, l’a suivi sur la mauvaise trace. Du coup, l’erreur des deux animateurs de la course a permis à des pilotes, peut-être moins en vue, d’occuper le devant de la scène. Tout d’abord André Lenoble, le vainqueur de la spéciale qui a pu expliquer aux journalistes présents à l’arrivée que sa Yamaha WRF 450 fonctionne au Bio Ethanol et qu’elle est équipée de cellules photovoltaïques. Un procédé écologique puisque, ayant moins d’électricité à produire, la moto consomme moins, limitant ainsi les rejets de CO2 dans l’atmosphère. Une moto écologique sur la plus haute marche du podium du jour devant la KTM 450 de Xavier Moreau qui a encore un peu jardiné, ajoutant une vingtaine de kilomètres à son parcours. Après une journée difficile hier, le Nîmois Joseph Palacios a terminé 3ème à 19’27’’ seconde du leader. Quant à Polli et Dubois, ils conservent tout de même les deux premières places du général.

Si Norbert Dubois faisait grise mine, Jean Louis Schlesser était pour sa part tout sourire en sortant de son Buggy Sonangol Schlesser. D’abord, parce qu’il venait d’effectuer une superbe spéciale au niveau du pilotage, qu’il a commencé l’année par une victoire et enfin parce qu’il n’a connu aucun problème et que Cyril Esquirol, son copilote, est de plus en plus performant. Le seul regret de la journée était de n’avoir pas réussi à doubler le Buggy MD Rallye de Régis Delahaye en raison de la poussière et ce, alors qu’il l’avait rattrapé environ 80 km avant l’arrivée. Un Régis Delahaye également satisfait de sa 2ème place du jour ainsi que de la belle partie de pilotage proposée par René Metge. En revanche, seulement 6ème aujourd’hui, Jacky Loomans expliquait sa contre performance par l’absence de grip au niveau des pneumatiques de son Pick Up Overdrive. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les Russes Sergey Savenko et Denis Maltsev ont signé le troisième temps sur leur Buggy Acyra Diesel, devant le Buggy CRD de Michel Turron-Barrère et Didier Haquette, à nouveau aux avant-postes. Le Sonangol Africa Eco Race est d’ailleurs un magnifique affrontement entre les deux roues motrices puisque Yves et François Fromont terminent 5ème de cette 5ème étape. A noter également la belle performance des Tunisiens Salim Kamoun et Sofiane Driss. En terminant 18ème, ils prennent la tête du classement des véhicules à deux ponts rigides. Le premier T2, c’est-à-dire véhicule de série, est le Toyota Land Cruiser des Belges Gregoor Bouwens et Hans de Pauw alors que Thierry Maurin et Daniel Vermeloux imposent à nouveau leur Polaris RZR 900 dans la catégorie T3 des SSV.

Chez les camions, première à passer la ligne d’arrivée au volant de son Man, Elisabete Jacinto était heureuse d’avoir redresser la barre après ses ennuis d’hier. La Portugaise et ses deux équipiers José Marques, Marco Cochinho a en effet rattrapé le Tatra de Tomas Tomecek et Vojtech Moravek, avant de réussir à le doubler après être restée longtemps dans sa poussière. Au général, les Tchèques mènent toujours la danse, en 4ème position du classement auto-camion.

Demain, le Sonangol Africa Eco Race continue sa marche vers le sud en direction de Dakhla. Une étape de 777 km qui sera la plus longue de l’épreuve avec 376 km de spéciale et 348 km de liaison. Un gros morceau avec énormément de navigation avant la journée de repos qui se déroulera à proximité de l’Océan Atlantique.

 

Ils ont dit...

Elisabete Jacinto – Man – 2ème du classement camion
Je crois que Tomas Tomecek est comme les pilotes de Motocross. Lorsqu’il roule, il ne regarde pas si quelqu’un le suit. Aujourd’hui, je l’ai rattrapé rapidement mais je suis resté très longtemps derrière lui, sans réussir à le doubler. J’ai fini par y parvenir mais j’ai tout de même perdu un peu de temps. Je vais attaquer au maximum pour gagner encore un maximum de temps avant d’aborder les dunes de Mauritanie car mon Man est plus lourd que son camion et je risque de me poser plus souvent que lui.

Jackie Loomans – Pick Up Overdrive – 3ème du classement auto
Toute la journée, nous avons manqué de grip et j’avais l’impression de rouler sur des œufs. J’ai donc roulé doucement pour ne pas prendre de risque. Les Buggies sont des deux roues motrices avec des trains arrière plus larges. Ils sont plus à l’aise sur ce type de terrain. En revanche, mon Pick Up quatre roues motrices sera plus à l’aise que certains Buggies dans le sable mauritanien qui sera le gros morceau de ce Rallye. Je reste confiant pour la suite.

André Lenoble – Yamaha WRF 450 – 6ème du classement moto
Je suis ravi de cette première victoire en rallye. J’ai connu une journée idéale. Je n’ai commis aucune erreur de navigation et j’ai roulé à un bon rythme. Il y avait beaucoup de soleil aujourd’hui et ma moto marchait à pleine puissance. En effet, je teste sur la course des cellules photovoltaïques installées sur mes gardes boues avant et arrière. Ces cellules renvoient de l’électricité via un régulateur directement à la batterie. Ainsi, l’alternateur est soulagé et la puissance nécessaire pour alimenter la moto en électricité est moindre. Pour faire simple, grâce aux cellules, le rendement de la moto est meilleur et sa consommation est plus faible. Le rejet de CO2 est donc moins important, d’autant plus que la moto fonctionne la plupart du temps à l’éthanol.

Norbert Dubois – KTM 690 – 2ème du classement moto
Ce n’est vraiment pas la peine d’avoir fait autant de Rallyes pour faire une aussi grosse erreur. Je suis furieux après moi-même. J’ai rattrapé Oscar Polli assez rapidement et je suis passé en tête. Il me suivait et vers le kilomètre 50 j’ai fait une erreur de cap qui nous a couté 50 km supplémentaire. Heureusement, Oscar était avec moi et cette bêtise est sans conséquence pour le général. D’ailleurs, je lui reprends deux minutes aujourd’hui. Il va falloir rester concentré car les jeunes poussent derrière et on ne va pas se laisser faire comme ça.

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow